Marié, deux enfants, propriétaire de sa maison, un chien. Une grosse et une petite voitures, bref… La vie allait comme prévu.

Son cabinet se développe, il investit, prend des risques, réussit, un peu moins bien parfois. Et puis un matin, un de ses clients lui annonce qu’il ne finalisera pas le projet avec lui ; Christian se sent mal pour la première fois.

Il encaisse mal ce revers, pense au nouveau collaborateur qu’il vient juste d’embaucher pour assurer ce projet, aux échéances de tous ces prêts qui s’enchaînent.

Ses dernières décisions, inévitables à l’avancée de son cabinet, s’avèrent trop ambitieuses maintenant que ce contrat lui échappe. La période est compliquée mais il lutte pour retomber sur ses pattes. Sa confiance est entamée. Il lutte pendant des semaines, des mois.

Lorsque je le rencontre, il ne lutte plus

Il a tout perdu, tout doucement : son collaborateur, sa femme, ses enfants, son cabinet, sa maison, son chien, sa voiture et finalement sa dignité.

Un cauchemar pour tous.

Invraisemblable, pour beaucoup.

Pourquoi cet enchaînement ? Parce que Christian est un humain :

  • parce que mal dans ses affaires, il est devenu difficile à vivre ;
  • parce que mal dans ses affaires, il a fait de nouvelles erreurs ;
  • parce que mal dans ses affaires, ses amis se sont éloignés ;
  • parce qu’il était trop fier pour demander de l’aide ? À qui ?

Parce que, tout simplement, ça arrive !

Des « Christian », on en rencontre des dizaines au cours de ma vie de travailleuse sociale. Quelque soit mon employeur, il s'agissait d’accompagner des personnes en difficultés : architecte ou n’importe quoi d’autres. Juste des gens pour qui la vie, à un moment donné ne va pas bien et qui seuls, ne s’en sortent pas.

Ensemble, nous avons pu rendre les aides sociales accessibles à bon nombre de ces « Christian », afin qu’ils aient le temps de se remettre, qu’ils reprennent goût à la vie, à leur vie. Pour qu’ils redeviennent des acteurs de la société, autonomes et pourquoi pas… heureux.

Pour certains, rien n’y a fait. On n’a pas pu les aider.