Ce n’est pas parce qu’elle a un drapeau et qu’elle donne des noms à ses institutions que c’est un état fédéral.

Les états, eux, ont la souveraineté nationale et en droit il n’y a rien au dessus, donc les états de l’Union Européenne n'appliquent les règles que parce qu’ils l’ont accepté en signant les traités européens.

En 2005, le peuple français souverain a dit NON au traité par référendum, donc il est légitime de désobéir aux traités. Nous avons le droit car la nation est souveraine et pas l’Union, qui est une organisation internationale.

De plus désobéir aux traités européen est légal, c’est surprenant mais il y a plusieurs méthodes…

Première méthode

Désobéir à une règle. En effet, il est interdit de faire des excédents commerciaux sur le dos des autres membres de l’UE. L’Allemagne le fait. C’est interdit mais elle le fait quand même. Ça s’appelle désobéir aux traités européens.

Deuxième méthode

On peut décider officiellement, souverainement, que l’État n’applique plus certaines règles des traités européens. Ça s’appelle une « option de retrait ». C’est légal. La Suède l’a fait pour l’euro.

Être membre de l’union implique l’adoption de l’euro, ce n’est pas facultatif. Pourtant, en 2003 la Suède, a décidé de ne pas adopter l’euro, suite à un référendum. Le peuple suédois, rejette par un « non » l’adoption de l’euro. Et chose incroyable pour nous français, le peuple suédois à dit « non » et le gouvernement suédois en a tenu compte, et a donc dit « non ». Ce sont des fous ! Ils ont respecté la souveraineté du peuple. Il serait bon que les gouvernements français fassent de même.

La commission a toujours répondu de la même façon, elle est faible avec les forts donc accepte ce que demande la Suède et forte avec les faibles en écrasant la Grèce. La commission est composée de lâches.

Troisième méthode

En termes de constitution d’une force politique d’alternative, comment unir les forces de ceux qui veulent changer les traités et de ceux qui veulent sortir de l’Union Européenne ?

La solution c’est Plan A , Plan B :

Plan A

Avec les pays qui le veulent, on fait une option de retrait, sur les règles anti sociales, anti écologiques de l’Union Européenne, comme la Suède avec l’euro, ou l’Irlande avec l'accord de Schengen. Et on négocie de façon bilatérale avec les états qui le souhaitent, afin d’obtenir de nouveaux traités européens.

Plan B

Si ça n’aboutit pas, on sort des traités européens et on bâtit d’autres coopérations avec l’Europe latine, avec la Méditerranée, avec l’Amérique du sud…

On ne va pas rester dans un piège qui nous tue pour faire plaisir à des européistes béats. On peut être pro-européen des peuples mais farouchement opposé aux traités européens du fric.

Pour les médias la France Insoumise ne défend pas réellement le plan B, ce qui revient à accuser la France Insoumise d’escrocs et de menteurs.

C’est un mensonge des médias, le plan B est une option sérieuse et le plan A aussi. Pas facile à cerner quand on a plein de cartes dans les mains, surtout pour l’adversaire.

À la FI, certains pensent que le plan A peut marcher et que le plan B est une menace utile. D’autres pensent que le plan A ne marchera pas et qu’il faudra passer certainement au plan B.

Les plan A et plan B sont la seule façon intelligente de réunir toutes les forces pour faire autre chose que cette Union Européenne là, qui est de toute façon inacceptable et incompatible avec le programme L’Avenir en Commun de la France Insoumise.

Sources

  • L’histoire de l’Union Européenne : https://www.youtube.com/watch?v=Ly0q0lyzrQ0
  • Vidéo - Europe : Pourquoi il faut un plan A et un plan B ? : https://lafranceinsoumise.fr/2018/01/05/video-europe-faut-plan-a-plan-b/
  • Texte programmatique France Insoumise pour les élections européennes : https://lafranceinsoumise.fr/2018/11/09/texte-programmatique-pour-les-elections-europeennes/