Propositions instantanées de la France Insoumise : les marteler sans cesse !

  1. Suppression du verrou de Bercy ;
  2. L’impôt universel ;
  3. Interdiction pour les établissements bancaires d’exercer dans les paradis fiscaux ;
  4. Création du délit d’incitation à la fraude fiscale ;
  5. Interdiction d’exercer un mandat social pour les dirigeants des sociétés qui ont exercé dans les paradis fiscaux.

Et alors ?

Réactions embarrassées de tous les dirigeants et bonimenteurs de droite, en marche à droite, ou à droite du pied gauche (Moscovici et ses menaces tartarinesques contre ses propres amis…) :

  • Nicolas Beytout (face à Julien Dray, resté coi) développe un amalgame pataud entre les détenteurs d’assurance vie, et les échappés du fisc dans les paradis fiscaux : « c’est la même optimisation fiscale ». Quel escroc ! C’est le législateur qui a mis en place l’outil de fiscalité relativement amoindrie, (limité à 152 500 €, sans aucune flat tax), pour l’assurance vie, pour orienter l’épargne vers les obligations et les actions. Strictement aucun rapport avec les richissimes évadés ;
  • Quand un des fondateurs d’Atlantico (site de désinformation de la droite impudique qui veut faire intellectuel) éructe : « Il n’y a que les gens de FI pour fantasmer un autre système », on a la preuve de suivre le bon chemin ;
  • Quand un député LR (Les constructifs : Bertrand Pancher - UDI) développe un discours inattendu à l’Assemblée Nationale, que l’on aurait pu attribuer à un député FI débutant, demandant que l’on change enfin le logiciel de la croissance infinie, on se frotte les yeux. Rassurez vous, le gouvernement avait absorbé des calmants, pas de réaction ;
  • Le député En Marche Damien Adam dénonce les chômeurs qui « partent en vacances aux Bahamas grâce à leurs indemnités » (sic).

Pas sûr que l'on trouve beaucoup de chômeurs exilés dans cet archipel des Caraïbes.

Par contre, on sait que le Crédit Mutuel y possède quatre filiales servant à l'évasion fiscale.

Les faits sont têtus.